Migration et régions

Magnus Berntsson

Président ARE

La migration fait partie de l'histoire de l'humanité depuis la nuit des temps. Elle est toujours présente dans le monde globalisé dans lequel nous vivons aujourd'hui, où la migration est une partie inextricable de la transformation sociale, culturelle, économique, politique et technologique de la société. 

En 2017, le nombre total de migrants internationaux s'élevait à 258 millions et depuis 2000, le nombre de migrants internationaux a augmenté de près de 50 %1 , en illustrant que nous vivons à une époque de forte mobilité et de migration. Nous constatons qu'un nombre croissant de personnes émigrent ou cherchent à émigrer, une tendance qui ne peut que se poursuivre dans un avenir prévisible.  

Cela n'est pas passé inaperçu, car la migration tardive a gagné beaucoup d'importance dans l'agenda politique. Avec les courants politiques observés dans le monde, la migration est devenue un sujet d'actualité avec des lignes de division claires, à la fois en Europe et au-delà. 

Alors que les flux migratoires globaux ont peut-être diminué de nos jours, la pression demeure, en particulier au niveau infranational. Soutenir l'intégration des nouveaux arrivants est devenu une priorité pour les régions, municipalités et villes européennes. Le niveau infranational s'est avéré déterminant pour promouvoir l'intégration et contribuer à l'inclusion sociale, économique et civique. 

Lorsqu'on parle de migration et d'intégration, il faut tenir compte du contexte national. Les compétences des régions dans ces domaines varient fortement selon les pays. Dans ma région natale, Västra Götaland, en Suède, nous travaillons l'intégration sous trois angles différents : 

- en tant qu'acteurs du développement régional, nous initions des projets de collaboration et de cofinancement, entre autres dans le domaine de l'intégration du marché du travail.

- en tant que responsables des soins de santé, nous nous sommes fixés un objectif d'égalité en matière de santé et de soins, où nous travaillons activement avec des groupes cibles vulnérables tels que les personnes d'origine socio-économique faible ou les personnes issues de l'immigration. 

- et dans notre rôle en tant que premier employeur du comté, où nous pouvons être un exemple de diversité dans le recrutement, et avoir différentes initiatives telles que des emplois subventionnés, des stages, etc. vissées sur le groupe cible.

Passant d'une région à un réseau composé de 150 régions dans toute l'Europe, l'engagement de l'ARE sur la question de la migration et de l'intégration remonte à plus d'une décennie. Avec des régions ayant des compétences différentes en matière de migration et d'intégration, l'ARE applique une approche pragmatique sur laquelle les régions membres peuvent trouver un terrain d'entente. L'ARE travaille sur ces questions par le biais de ses comités qui se concentrent sur le partage des connaissances et le bureau qui travaille par le biais du  travail de plaidoyer et des activités de projet.    

En 2008, l'Assemblée Générale de l'ARE a adopté la « Déclaration de Tampere sur la Migration et l'Intégration ». Une déclaration qui aborde l'intégration à partir d'une approche multidisciplinaire. Cependant, l'engagement des réseaux ne s'arrête pas là. En 2015, l'ARE a adopté une déclaration politique à propos de « Faire face aux défis de la migration et des réfugiés », et en 2019 son groupe de travail sur la migration a adopté une position « Vers une Europe interculturelle ». Réaffirmant une fois de plus la position pragmatique des régions - trouver des solutions et coopérer là où le niveau national et international est coincé dans les discussions.

L'ARE travaille également sur la question de la migration et de l'intégration à un niveau plus pratique, à travers des projets de l'UE et le partage des connaissances et des expériences. Actuellement, l'ARE est active dans un projet financé par l'UE qui se centre sur l'accès aux services pour les migrants handicapés, appelé AMiD. Le projet vise à sensibiliser les autorités infranationales à l'un des groupes les plus fragiles parmi les groupes défavorisés : les migrants handicapés, en travaillant avec les parties prenantes d'une grande variété de pays tels que la Belgique, la Finlande, la Grèce et l'Italie, pour n'en citer que quelques-uns. Ce projet avec des régions d'une grande variété de pays montre qu'indépendamment du contexte national, les régions peuvent coopérer à un niveau plus pratique et apprendre les unes des autres.  

Une autre opportunité passionnante dans laquelle l'ARE est impliquée est le projet mené par l'Organisation Internationale pour les Migrations en collaboration avec l'ARE. Le projet, intitulé Includ-EU, vise à tirer parti de l'expertise, des échanges et de l'engagement régionaux et locaux pour renforcer la cohésion sociale en Europe. Le projet poursuit les objectifs suivants :

a) améliorer les connaissances et les capacités des acteurs locaux et régionaux à mettre en œuvre des mesures d'intégration innovantes, en analysant les pratiques d'intégration pour formuler des recommandations thématiques et en offrant des possibilités de renforcement des capacités adaptées ; 

b) promouvoir la mise en œuvre d'actions d'intégration innovantes au niveau territorial, en tirant les enseignements qui permettront de les reproduire ou de les développer ; 

c) mettre en place un réseau informel qui encourage et exploite la diversité en tant que valeur ajoutée pour faciliter l'intégration, grâce à des échanges thématiques régionaux.

Le projet a suscité beaucoup d'enthousiasme et de ralliement de tous les côtés. Le Conseil de l'Europe, notamment, s'est impliqué en soutenant l'initiative à la lumière de son potentiel d'élargissement et en apportant sa contribution aux activités du projet afin de créer les bases permettant d'étendre le réseau des villes interculturelles aux régions. Deux régions membres de l'ARE font également partie du consortium : Catalogne et Sardaigne.

Ces idées et initiatives visent à promouvoir une société inclusive - basée sur la tolérance et le respect - et à protéger les droits sociaux des citoyens en promouvant une Europe plus inclusive et plus juste, pierres angulaires de la vision de l'ARE pour le futur de l'Europe. Les régions membres de l'ARE se sont engagées à coopérer plus efficacement pour gérer la migration et pour exploiter avec succès les avantages de la diversité pour obtenir de meilleurs résultats en matière de cohésion sociale, grâce à une coopération à plusieurs niveaux et multi-acteurs.

Cependant, l'ARE appelle également les niveaux national et international à reconnaître que le coût de la migration et de l'intégration généralement supporté au niveau local et régional a besoin d’un financement adéquat de la part des gouvernements nationaux et l'UE.

Cette coopération ne devrait pas se limiter aux seules régions européennes. Afin que nous puissions traiter la question des migrations et de l'intégration, nous devons coopérer au-delà des frontières. L'Assemblée des Régions d'Europe continuera à plaider en faveur d'une gestion réussie de la migration et d'un accent accru sur l'intégration et la diversité avec un rôle accru pour les régions. Idéalement, cela devrait se faire en étroite coopération avec d'autres réseaux régionaux, tels que l’ORU Fogar. Grâce à une coopération plus étroite, nous pouvons soulever le rôle important que jouent les régions dans les questions de migration et d'intégration au niveau mondial.

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2019