Les villes et les régions profitent du 75e anniversaire de l'ONU pour exiger une nouvelle forme de multilatéralisme.

Répondant à l'appel du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, invitant au débat sur l'avenir de l'organisation, le Global Taskforce, qui rassemble des organisations de gouvernements locaux et régionaux, dont ORU Fogar, appelle à un nouveau multilatéralisme dans lequel les gouvernements locaux et régionaux participent et là où la décentralisation et la subsidiarité prévalent. C'est en tout cas la conclusion du rapport "Le rôle des gouvernements locaux et régionaux dans la future gouvernance mondiale du système international" qui sera présenté dans le cadre de la 75e Assemblée générale des Nations Unies et de la célébration de son 75e anniversaire, en ce mois de septembre 2020.

L'appel d'Antonio Guterres répond à un sentiment général, que l'ONU a besoin d'une réforme en profondeur, qui lui permette de faire face aux multiples demandes qui lui sont imposées et d'éviter la bureaucratisation dont elle est fréquemment accusée. Face à ce besoin, en juillet dernier, les Etats membres des Nations Unies ont accepté d'approuver - lors de ce 75ème anniversaire - une déclaration intitulée "L'avenir que nous voulons, l'ONU dont nous avons besoin: réaffirmer notre engagement collectif en faveur du multilatéralisme". Cette déclaration est un engagement très fort en faveur de la démocratie, ainsi qu’un engagement immuable à renforcer l’ONU. Il ne contient cependant aucune reconnaissance du rôle des gouvernements locaux et régionaux. Le rapport du Global Taskforce, auquel ORU Fogar a participé, va bien plus loin que cette déclaration.

Le rapport indique que trois situations ont interpellé les Nations Unies ces dernières années: la mondialisation depuis 1990, les accords mondiaux sur la nécessité d'un développement durable soulevés en 2015-16 et la pandémie du COVID-19. Aucun de ces défis, dit-on, ne peut être relevé avec succès sans la contribution des gouvernements locaux et régionaux. Ainsi, il est proposé que le multilatéralisme issu du monde d'après-guerre soit renouvelé pour se concentrer sur un avenir meilleur, dans lequel l'humanité et la planète établissent une nouvelle relation. Le pari est en faveur d'un monde décentralisé dans lequel les gouvernements locaux et régionaux sont reconnus et ont une capacité de décision. «Nous imaginons», dit le rapport, «une table mondiale dans laquelle les gouvernements locaux et régionaux sont représentés et où les problèmes sont abordés de bas en haut, en comptant sur les territoires».

Le rapport sera présenté lors d'une manifestation publique, au cours de la semaine du 21 septembre, dans le cadre du 75e anniversaire des Nations Unies, auquel participera le président de l'ORU Fogar, Abdessamad Sekkal.

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

Message COVID-19 du Président Sekkal


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020