Selon les présidents régionaux du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, la décentralisation est essentielle

Lors de la "Conversation positive" du 5 novembre dernier, le président de la région de Bélier, Côte d’Ivoire, Yéboué Kouamé Pascal, et le président de l'Association des départements du Sénégal, Adama Diouf, ont convenu que la décentralisation était essentielle dans leurs pays respectifs. La "Conversation positive" est une expérience de dialogue – en ligne - sur la future gouvernance en réponse à une invitation à la réflexion du président de l'ORU-Fogar, Abdessamad Sekkal, qui a débuté en juillet dernier, en réaction à la pandémie, et qui se poursuivra avec le dialogue des différents dirigeants de l'organisation dans les prochains mois.

Le Président de Bélier a déclaré que la décentralisation ne pouvait être approfondie que parce que c'était le peuple qui l’exigeait. « Il est clair que le gouvernement central ne peut pas s'occuper de tout. Nous avons besoin des gouvernements locaux avec une réelle décentralisation, où il y a un transfert de pouvoirs, mais aussi de ressources », a-t-il déclaré. Pour Yéboué Kouamé Pascal, la crise de la COVID-19 a montré les insuffisances de la décentralisation de la Côte d’Ivoire. « Nous ne pouvons pas continuer comme nous l'avons fait jusqu'à présent, où nous avons parfois le sentiment d'une ‘décentralisation vide’. Les gouvernements régionaux ont besoin de plus de ressources, car c'est nous qui sommes confrontés à la réalité. » Il a souligné la contradiction du fait que les régions n'aient pas assez de moyens, mais que l'Etat leur rappelle que « les hôpitaux sont de la compétence des régions ». Il a appelé à une plus grande décentralisation, notamment pour faire face au changement climatique. « Les régions sont les mieux placées pour promouvoir des plans territoriaux qui répondent au défi climatique ». 

Adama Diouf, président de Kaffrine, a déclaré que le processus de décentralisation au Sénégal était essentiel « parce que les gens veulent des gouvernements locaux ». « Dans notre pays », a-t-il dit, « le processus de décentralisation est en cours depuis longtemps et chaque année il s'étend avec des réformes et plus de ressources en faveur des gouvernements territoriaux ». Le deuxième vice-président de l'ORU-Fogar a également déclaré que la proximité des gouvernements régionaux apporte « de la qualité à la gouvernance ». Il a exprimé sa conviction qu'au Sénégal, les gouvernements territoriaux prendront de plus en plus de responsabilités année après année.

Adama Diouf a déclaré que la pandémie nous avait appris d'importantes leçons. « La première », a-t-il dit, « est que nous devons investir davantage dans la santé ». Il a également appelé à un renforcement de l'éducation à la santé dans les écoles. "La deuxième leçon de la pandémie", a-t-il déclaré, « est que nous devons assurer la sécurité alimentaire. Nous ne pouvons pas être aussi dépendants des importations de denrées alimentaires essentielles ». Dans ce sens, il a expliqué les projets qui, dans sa région, s'efforcent de pallier ce déficit.

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

Message COVID-19 du Président Sekkal


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020