Un cours sur la planification stratégique territoriale et un sur la gestion des infrastructures sont en cours

Le cours "Méthodes et outils pour l'élaboration d'un plan stratégique territorial" a débuté le 10 février dernier par une session au cours de laquelle le professeur Toni Niubó a présenté les contenus aux participants des régions d'Argentine, d'Équateur, du Pérou et de Colombie.  

Le secrétaire général de l'ORU Fogar, Carles Llorens, a accueilli les participants en rappelant que déjà en 2018, dans le cadre du groupe de travail Coopération de l'organisation et en collaboration avec Platforma, 10 régions d'Amérique latine ont été accompagnées dans un exercice de planification stratégique basé sur la méthodologie RIS3. Il était reconnaissant de pouvoir compter sur la contribution d'une personne ayant une si grande expérience de la planification, tant en Europe qu'en Amérique, telle que Toni Niubó.

À cette occasion, lors de la première session, le professeur Niubó a enseigné aux 15 participants les concepts de base et la méthodologie de la planification stratégique territoriale. Il a déclaré que le cours permettra de connaître les processus, les outils, les ressources méthodologiques et les facteurs clés pour l'élaboration d'un plan stratégique. Il a expliqué qu'aujourd'hui, la meilleure méthodologie résulte d'une évolution de ce qui avait été des exercices tels que la planification urbaine, l'Agenda 21 ou la planification stratégique intelligente. L'engagement du cours était de systématiser un éventuel processus de planification stratégique avec les méthodologies les plus avancées en même temps que contrastées.

 

 

Toni Niubó a souligné qu'à l'heure actuelle, la planification stratégique d'un territoire est un exercice qui requiert à la fois leadership et participation. Le leadership politique est un facteur essentiel en ces temps d'incertitude, a-t-il expliqué. Il a déclaré que le soutien technique, avec une bonne méthode, est également fondamental, mais insiste sur le fait qu'au-delà du leadership, une planification stratégique utile est aussi un exercice de participation, de consensus et d'effort partagé. Dans un plan stratégique territorial, a affirmé M. Niubó, tous les agents politiques, sociaux et économiques du territoire doivent participer.  Celui qui promeut la planification stratégique doit donc très bien déterminer qui sont les principaux acteurs en essayant de ne laisser personne d'influent sur la touche.

Le professeur Niubó a finalement insisté sur le fait que le processus dans lequel s'articulent les acteurs et la citoyenneté est aussi important que le produit résultant de la planification, l'éventuel plan d'action à mettre en œuvre. Certains participants ont souligné la difficulté d'un exercice de ce type dans un contexte instable et démagogique comme celui dans lequel se trouvent souvent certains pays. M. Niubó a répondu en disant qu'à l'heure actuelle, tous les contextes sont instables et que beaucoup sont déterminés par la démagogie, mais qu'un processus de planification doit prendre ses distances par rapport à ces dynamiques. Il a insisté sur le fait que la planification était un exercice novateur, mais pas "une excuse pour faire des choses étranges". Il a défendu l'idée que c'était un processus qui devait être régi par le bon sens et qui devait permettre de tirer profit de tout le potentiel d'un territoire dans un contexte très concurrentiel.

 


 

D'autre part, une cinquantaine de membres de l'ORU Fogar participent au cours "Gestion intégrée des actifs d'infrastructure", destiné aux acteurs impliqués dans le développement, l'exploitation et la maintenance des infrastructures en Amérique latine. Les participants sont formés à la gestion des infrastructures pour la fourniture de services tels que l'eau, l'énergie, les déchets, les transports, entre autres, avec une vision durable et globale à long terme.

Le programme, auquel l'ORU Fogar a été invitée à se joindre, a été organisé par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (UN-DESA). Les participants à l'atelier voient directement comment mettre en œuvre des outils concrets simples mais stratégiques pour une gestion plus efficace des actifs. 

Le programme de formation se déroule dans trois ateliers virtuels (deux sessions de 3,5 heures chacune) en espagnol. Ceux qui participent aux trois ateliers recevront un certificat de participation. Une participation et une certification réussies permettront aux gouvernements régionaux de demander une assistance technique supplémentaire des Nations unies, notamment par le biais du Fonds d'investissement international du FENU.

 

 

 

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

Message COVID-19 du Président Sekkal


© All rights reserved ORU. Barcelona 2021