Deuxième jour du V Forum

Le deuxième jour du Forum, le contenu du discours d'ouverture de l'espace dirigé par ORU Fogar et FAMSI, qui a été donné par le Professeur Joan Subirats, a été très marqué. Il a affirmé que nous avons des problèmes du XXIe siècle, que nous analysons à partir des paradigmes du XXe siècle et des instruments institutionnels du XIXe siècle. Il a expliqué qu'une diversité croissante nécessite des institutions proches et qu'il est donc nécessaire de renforcer la décentralisation. Il a dénoncé qu'à l'heure actuelle et en général, les gouvernements locaux et régionaux sont sous-financés, si l'on tient compte des exigences que les citoyens exigent. Il est favorable à une grande redistribution des dépenses publiques. Les gouvernements centraux, a-t-il dit, poursuivent l'idée dépassée selon laquelle avoir le pouvoir consiste à contrôler la majeure partie du budget. Son pouvoir doit être de contrôle, d’évaluation, de planification et de redistribution, car le budget doit être entre les mains de ceux qui fournissent les services publics.

Cette conférence a posé le cadre de l'espace «Le territoire comme base de l'innovation et de la réactivation économique, sociale et environnementale» auquel, au nom de l'ORU Fogar, le président de l'ARDCI, les régions de la Côte d'Ivore, Eugène Aka Aouelé a participé . Le président également du Conseil régional du Sud Comoé a déclaré que, pour les régionalistes, le territoire est l'espace d'excellence pour décider de l'avenir. Avec une approche très pratique, il a déclaré que la décentralisation "signifie que les régions peuvent construire 15 écoles réparties dans toute la région, alors qu'avant l'Etat central n'en construisait qu'une dans la capitale de la région".

Deux gouverneurs kényans ont également participé au forum: Peter Anyang 'Nyong'o, gouverneur de Kisumu et Ndiritu Muriithi, gouverneur de Laikipia. Le gouverneur du comté de Kisumu a déclaré que le COVID-19 nous a montré que la collaboration de tous les niveaux de gouvernement est nécessaire. Nous devons tous garantir l'accès aux soins de santé et aux services sociaux essentiels. Le gouverneur de Laikipia a évoqué la nécessité pour les technologies d'atteindre tous les coins du territoire et a évoqué la révolution pour le développement qui signifie qu'en Afrique, le crédit peut atteindre via le téléphone mobile. "Notre obligation est que ces technologies soient disponibles pour les habitants des villes et villages."

Mariano Fernandez, secrétaire intérimaire de Zicosur et Javier Gallegos, président du Commonwealth des Andes, au Pérou, ont affirmé la nécessité de développer des politiques publiques visant à créer et à renforcer le lien entre les différents territoires. 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

© All rights reserved ORU. Barcelona 2021