Les principaux gouvernements régionaux sont profondément engagés dans l'agenda environnemental

Le 1er juillet et dans le cadre du Forum Politique d’Haut Niveau des Nations Unies de cette année 2021, Regions4 a réuni un groupe important de présidents et de gouverneurs de régions leaders lors de l'événement intitulé « Construire un avenir durable et résilient : les gouvernements infranationaux mènent des approches intégrées pour les personnes, la Planète et la Prospérité ». En plus de la notoriété des personnes réunies, la détermination avec laquelle tous étaient en faveur des gouvernements régionaux assumant le leadership dans l'élaboration de l'agenda mondial, et plus particulièrement celui lié à la durabilité, était une nouvelle.

Le Président du Conseil Régional de Rabat Salé Kénitra, Abdessamad Sekkal, le Premier Ministre du Pays de Galles, Mark Drakeford, le Président du Pays Basque, Iñigo Urkullu, le Président de Catalogne, Pere Aragonès, le Préfet d'Azuay (Equateur), Celicia Méndez, le Président de l'ARDCI de Côte d'Ivoire et Président du Conseil du Sud Comoé, Eugène Aka Aouelé, mais aussi les représentants de Jalisco (Mexique), Île d'Aland (Finlande) et Sao Paolo (Brésil), tous étaient très engagés pour développer l'Agenda 2030 et les ODD.

Abdessamad Sekkal, également président de l'ORU Fogar, s'est dit favorable à un engagement profond des régions dans les trois agendas mondiaux : l'Agenda 2030, le New Urban et l'Accord de Paris. Il a déclaré que cinq ans après son approbation, on constate qu'il s'agit d'un processus long et complexe, pour lequel "des formes innovantes et renouvelées sont nécessaires, ainsi qu'une incontestable collaboration à plusieurs niveaux". Il a expliqué comment, au Maroc, la gouvernance territoriale repose sur le principe de subsidiarité. Cela permet de relever le défi d'ordonner le territoire, tout en préservant les ressources naturelles et l'eau en tant que bien rare.

L'intervention du Premier ministre gallois, Mark Drakefor, a été des plus intéressantes lorsqu'il a expliqué la politique de son gouvernement en faveur de la biodiversité. Il a expliqué sa politique forestière, mais a prêté attention à la façon dont elles protègent la diversité biologique dans les zones urbaines et périurbaines. Il a affirmé que son gouvernement s'achemine vers un "pays de Galles globalement responsable".

Le président basque Iñigo Urkullu a affirmé que son gouvernement a assumé l'Agenda 2030 et les ODD dans le cadre de son programme gouvernemental. Il a défendu la gouvernance à plusieurs niveaux et la nécessité d'une collaboration public-privé. Il a montré sa disponibilité à travailler avec les Nations Unies et à contribuer au développement d'agendas mondiaux avec l'expérience basque en matière d'autonomie et son expérience en gouvernance collaborative.

Le président catalan, Pere Aragonès, a expliqué les politiques climatiques et de biodiversité de son gouvernement. Il a parlé de la loi catalane contre le changement climatique et des taxes qui vont être prélevées sur les combustibles fossiles. Et il a enfin dit que la sortie de crise doit passer par une transformation sociale inspirée des ODD et de l'Agenda 2030.

Cecilia Méndez, d'Azuay, a apporté la perspective d'une province avec des communautés autochtones et a affirmé que l'axe de développement doit être l'être humain. Ainsi, elle a expliqué les politiques de son gouvernement pour soutenir l'agriculture familiale et rurale à travers l'entreprise publique AgroAzuay. Ces politiques, a expliqué le préfet, permettent la création de réseaux de distribution pour les producteurs, tout en luttant contre les problèmes alimentaires dans certaines zones.

Eugène Aka Aouelé, en tant que président de l'Assemblée des régions et districts de Côte d'Ivoire (ARDCI), a exprimé l'engagement des régions de son pays dans l'Agenda 2030: dès l'agenda climatique et environnemental aux politiques de sécurité alimentaire et de gestion de l'eau.

L'événement a comporté l'intervention de diverses personnalités du domaine des Nations Unies liées à la lutte contre le changement climatique et à la défense de la biodiversité. Tous ont reconnu le rôle important des régions.

Arantxa Tapia, présidente de Regions4, a affirmé que la voix des régions est fondamentale lorsqu'il s'agit de déployer l'Agenda 2030 et que, depuis le réseau, elles allaient travailler pour la visibilité régionale. Au cours de la conférence, Regions4 a publié le rapport "Regions Voice in UN reporting". Le rapport présente les opportunités et les avantages des examens infranationaux volontaires et montre des exemples de régions qui font état de progrès dans le cadre du Programme 2030. Les expériences inspirantes partagées dans la communauté de pratique Regions4SDGs sont mises en évidence.

https://www.regions4.org/wp-content/uploads/2021/07/Regions-Voice-in-UN-reporting-1.pdf

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

Message COVID-19 du Président Sekkal


© All rights reserved ORU. Barcelona 2021