Les régions d'Amérique Latine monopolisent les Prix des Bonnes Pratiques

 

Une communauté et trois régions d'Amérique Latine ont remporté les quatre premiers prix du IV Prix régional de bonnes pratiques, décernés chaque année par l'ORU Fogar et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) : le Communauté des Andes du Pérou ; le département de Nariño, de Colombie ; le département de Santa Cruz (Bolivie) et la préfecture d’Azuay (Équateur). Le cinquième prix a été attribué au projet de « Modèle basque de protection sociale » du gouvernement d'Euskadi, qui devient ainsi le gouvernement régional qui a reçu le plus grand nombre de prix pour ce Prix de Bonnes Pratiques depuis son début.

Les bonnes pratiques gagnantes sont ex aequo, mais celle qui a obtenu une note plus élevée du jury était « SuperAPerú : Promotion de l’exportation certifiée des super-aliments quinoa et de châtaignes, en tant que modèle d’articulation interrégionale entre producteurs locaux», présentée par le Communauté des Andes. Il s'agit d'un projet auquel participent les régions d'Apurímac, Ayacucho, Huancavelica, Ica, Junín et Cuzco. L’objectif est de renforcer la chaîne de valeur de deux produits qui, avec une valorisation élevée sur le marché mondial, peuvent contribuer de manière substantielle au développement durable et à la réduction de la pauvreté de ces territoires andins. Ainsi, la contribution du projet à la commercialisation du quinoa et du châtaignier a été valorisée à la fois sur le marché intérieur et sur le marché international.

Le projet de Nariño, "L'innovation sociale, une opportunité de transformer les territoires", est un plan basé sur trois piliers : gouvernement ouvert, innovation sociale et économie collaborative. Ainsi, une gouvernance a été développée dans laquelle la relation avec les citoyens permet d’influencer la réalité et la vie quotidienne des habitants de Nariño. Ce modèle a pour objectif fondamental d’avoir une intelligence collective et un travail collaboratif.

« Marchés amis de l'enfance et de l'adolescence » est le titre du projet présenté par Santa Cruz. Avec une alliance avec l'UNICEF, il vise à prévenir et / ou à éradiquer le travail des enfants dans les centres d'approvisionnement (marchés populaires). Il implique la participation des secteurs syndicaux qui transfèrent l'espace physique et les meubles nécessaires au fonctionnement de « l'espace de protection » à l'intérieur du marché, où les filles et les garçons et les adolescents ont la possibilité d'effectuer leurs travaux scolaires. Participer à des activités psychoaffectives, récréatives, de formation et autres.

« Crecer » est un projet de gestion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, avec une approche globale et intersectorielle. Cela a commencé avec le soutien de 20 000 petits producteurs agricoles à Azuay, par le biais de la société d'économie mixte AgroAzuay : une organisation qui compte plus de 25 programmes visant à renforcer le secteur agricole et les producteurs. L’objectif général est d’établir les mécanismes d’appui à la production, afin de garantir la nutrition des personnes, des communautés et des peuples, en particulier des enfants de moins de six ans, dans les zones considérées comme négligées.

Le "Modèle Basque de Protection Sociale" présenté par le gouvernement d'Euskadi découle de la décision d'élaborer un plan global de lutte contre la pauvreté à Euskadi. Ce plan établit, pour la première fois en Espagne, un système de ressources minimales garanties basé sur la mise en œuvre de ce que l'on appelle communément le "salaire social". Le modèle basque de protection sociale est en partie inspiré des politiques de lutte contre la pauvreté, menées dans des pays tels que la France ou le Royaume-Uni à la fin des années 1980, mais qui se cristallisent au Pays basque dans un modèle qui présente des caractéristiques propres.

Johannes Krassnitzer, coordinateur du programme ART du PNUD, a été présidé cette année par des représentants d'autres organismes des Nations Unies, tels que Sébastien Vauzelle, conseiller technique du programme CapDel en Algérie, ou Rosa Suriñach, responsable d'un programme d’ONU-Habitat. La composante académique du jury a été réalisée par Carla Gutierrez, directrice du département des relations internationales de l'Université O'Higgins au Chili et par Cristina A. Rodriguez-Acosta, directrice adjointe des affaires internationales à l'Institute for Public Policy de Florida Université International. Le jury est complété par Ney Barrionuevo, chercheur principal et directeur de RIMISP Equateur, et Martin Guillermo, secrétaire général de l'Association des régions frontalières européennes. Anna Fernández, coordinatrice générale de l'ORU Fogar, a fait partie du jury et dirigé le secrétariat du jury.

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

© All rights reserved ORU. Barcelona 2020