Le troisième Sommet Mondial des Régions « Faim Zéro »

Gustavo Baroja

Préfet de Pichincha et Président de CONGOPE

Depuis 2008, l'ORU FOGAR travaille pour la sécurité alimentaire, à la fois dans des projets spécifiques de sécurité alimentaire et dans la tenue de sommets internationaux, comme Dakar (2010) et Medellin (2012). Le troisième sommet organisé dans la ville de Cuenca, Équateur, le 27 et le 28 avril, nous pose, en tant que gouvernements régionaux, une série de défis reflétés dans la «Charte de Cuenca».

La faim atteint environ 800 millions de personnes, une personne sur dix dans le monde en souffre. Bien qu'il soit reconnu que les efforts pour atteindre les OMD ont permis une réduction significative de la faim, il reste beaucoup à faire pour l’éradiquer, un objectif que nous croyons possible, à condition que les engagements et les lignes directrices auxquels nous nous sommes engagés dans cette réunion soient assumés avec responsabilité. 

Dans sa Constitution, l'Équateur, au-delà du «droit à l'alimentation», a intégré les questions de sécurité alimentaire et de souveraineté en tant que droits garantis par l'État. Nous reconnaissons également que le «double fardeau» de la malnutrition est très fortement exprimé dans le pays, dont les actions de réduction de la malnutrition n'ont pas encore atteint les résultats attendus (la réduction pendant 10 ans de la malnutrition chronique n'a été que d’un pourcentage de deux points : de 26 % à 24 %), et le problème de la malnutrition apparaît comme un paradoxe, où le diabète, par exemple, devient la principale cause de décès dans notre pays, et les problèmes de santé liés à l'obésité deviennent de plus en plus importants dans les soins de santé.

Les gouvernements intermédiaires, appelés provinciaux, nous avons les compétences de promotion de la production et de l'environnement, qui nous permettent d'établir des programmes qui affectent l'objectif de zéro faim. Cependant, nous n'avons pas de compétences en matière de santé et d'attention aux populations particulièrement vulnérables (comme les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes), ou dans le domaine de la commercialisation, ce qui pourrait nous permettre des actions plus globales sur nos territoires. La discussion de ces questions, autour de l'approfondissement de la décentralisation, est aujourd'hui à « l'ordre du jour » de l'agenda de la réforme de l'État en Équateur, et à cette fin là un élan important a été le Sommet, dont nous assumons la responsabilité conjointe de sa réalisation.

L'objectif de l'éradication de la faim implique un changement dans les politiques, des investissements ciblés et des engagements politiques sérieux: les gouvernements infranationaux (y compris les gouvernements locaux) doivent collectivement s'attaquer au problème. Il ne peut pas s'agir d'une action menée à un seul niveau de gouvernement, bien que nous revendiquions le rôle de l'intermédiation, la liaison et l'articulation des multiples acteurs publics, privés et communautaires, comme une fonction qui devrait être assumée par les gouvernements intermédiaires.

C'est dans le territoire où les politiques doivent être résolues et appliquées pour se conformer aux objectifs globaux. À cet égard, il est essentiel de renforcer les capacités d'interlocution de l'ORU-FOGAR et d'autres organisations dans les villes et les régions vis-à-vis des organisations internationales, notamment les Nations Unies, afin d'influencer la définition des politiques, des objectifs et des buts globaux, ainsi que la mise en œuvre territoriale au niveau local.

Il est important de souligner que 80 % des personnes vivant dans l'extrême pauvreté se trouvent dans des zones rurales et dans des zones marginales habitées par la population expulsée de la campagne. Les efforts pour vaincre la pauvreté devraient donc viser à combler les écarts entre les niveaux de vie urbains et ruraux. Si la relation entre la ville et la campagne est inéquitable, il est donc impossible de parler de développement. Cela nous amène à le considérer comme une stratégie de planification «intégrale». Bien que nous puissions théoriquement distinguer un agenda «urbain», le développement exige que nous regardions l'ensemble du territoire, que nous mettons fin aux inégalités d'accès (aux droits à la santé, à l'éducation, à un logement digne, au transport), que nous continuons à retrouver dans le milieu rural.

La durabilité des systèmes de production alimentaire est liée à la production agro-écologique : la production agro-écologique garantit la santé, maintient une relation de communion avec la nature et est en lien avec la récupération des connaissances ancestrales. Ceci sans négliger les progrès de la recherche, de la science et de la technologie. Nous reconnaissons que le premier objectif de la sécurité nutritionnelle est celui d'améliorer la production d'aliments sains et adaptés, avec suffisamment de nutriments, et qui ne génèrent pas d'effets néfastes sur la santé à court ou moyen terme.

Cela signifie soutenir les producteurs, y compris leurs demandes d'accès à la terre, à l'eau, à la technologie, aux capitaux et aux marchés. Cela signifie aussi entendre leurs voix dans la construction de politiques et de systèmes agroalimentaires, dont ils ont été plusieurs fois exclus. Dans cette ligne, la réunion de Cuenca a cherché à articuler les concepts de «sécurité» et de «souveraineté alimentaire», que nous considérons comme complémentaires. Il est toujours possible, et Cuenca l'a montré, de s'engager dans des dialogues et de trouver un consensus. Et, encore une fois, c'est une question où les gouvernements régionaux peuvent trouver un rôle d'articulation, de facilitation du dialogue politique et de construction d'espaces de gouvernance ouverts à tous les acteurs et positions.

La construction de systèmes agroalimentaires territoriaux durables devient ainsi une fonction importante des gouvernements régionaux. Les liens de ce sujet avec le changement climatique doivent être abordés avec responsabilité. Nous trouvons dans la production agricole une forte dépendance aux combustibles fossiles qui augmente la détérioration climatique, lorsqu'il existe des alternatives pour utiliser des énergies propres. Nous constatons que la production de gaz à effet de serre la plus élevée dans certains pays provient du bétail, tandis qu’il est possible de promouvoir le bétail «intelligent». Nous trouvons un gaspillage élevé d'un quart et un tiers de la nourriture produite, tandis qu’il est possible d'introduire de bonnes pratiques de gestion dans tous les maillons des chaînes de production. Il y a des changements qui sont en notre pouvoir, en tant que gouvernements régionaux.

L'objectif «Zéro Faim» est complètement ancré aux objectifs d'éradication de la pauvreté, d'approvisionnement en eau potable, d'amélioration de la productivité et de la bonne gestion des écosystèmes. Les objectifs ne peuvent être atteints de façon isolée, mais, comme nous l'a dit l'ancien président espagnol, Rodríguez Zapatero, lors de la réunion de Cuenca, c'est un objectif faisable. Nous pouvons être la génération qui va réussir à mettre fin à la faim (et à la malnutrition). Le rôle assumé par les gouvernements régionaux ou intermédiaires sera essentiel pour atteindre cet objectif.

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2021