L’ORU, plateforme de services

La réunion du Bureau Exécutif qui vient d’avoir lieu à Rabat, accueillie par notre président Abdessamad Sekkal, laisse comme résultat deux messages clé. Le premier, d’une grande importance politique, a été transmis par le nouveau Chef du Gouvernement marocain Saâd-Eddine El Othmani lors de la réception d’accueil à notre Bureau, quand il a dit que la décentralisation avancée va mener à l’autonomie politique des régions du pays. Le Maroc a débattu largement sur sa décentralisation. Trop long pour ceux d’entre nous qui croyons fermement aux avantages, tant à l’échelle politique que du développement, d’un processus de cette nature. Combien de fois certains d’entre nous nous sommes déplacés au Maroc pour expliquer le modèle espagnol? En tout cas, la sécurité avec laquelle le Chef du Gouvernement a parlé de ce sujet est tout à fait encourageante. 

Ce premier message a une grande portée publique, et cette deuxième a une grande portée interne : on a vu à Rabat que l’ORU Fogar commence à être la plateforme de services aux régions que nous avons décidé de lancer lors de l’Assemblée de Rio de Janeiro.   

L’ORU Fogar est née en 2007 à Marseille, il y a 10 ans, d’une volonté des régions d’influer l’agenda global. Les Objectifs de Développement du Millénaire étaient là et les régions voulaient se frayer un chemin. Elles voulaient faire entendre leur voix, en faisant appel à ce que ces objectifs sont liés à leurs compétences. Lors de notre assemblée à Rio de Janeiro en avril dernier, pourtant, les régions et les réseaux régionaux ont exprimé leur souhait de faire partie d’une organisation qui ne soit pas uniquement consacrée à influencer sur l’agenda global. Nos partenaires demandaient que l’ORU Fogar devienne une plateforme internationale de services pour les régions. 

Le village mondial, ce monde ouvert dans lequel nous habitons, exige que tout le monde développe ses capacités pour œuvrer internationalement. Les régions aussi, qui doivent trouver des ressources, capacités, partenaires, relations ou exemples à suivre. Alors, avec le mandat sorti de l’Assemblée de Rio, la présidence et le Secrétariat Général de l’ORU Fogar ont travaillé  pour déployer une gamme de services pour les membres. 

Notre Groupe de Travail Post-2015, rebaptisé comme Groupe Agenda 2030, a fait un changement de ton et d’approche. Ce groupe a été décisif pour le travail de plaidoyer dans le débat global sur le développement et il doit poursuivre dans cette voie. Au-delà de ça, il veut être un espace où nos partenaires, du nord, du sud, de l’est et de l’ouest, puissent partager des ressources et des capacités.  Au cours des derniers mois, il a mis en place un programme de planification stratégique intelligente RIS3 dans 10 régions de l’Amérique Latine. 

Également, notre Groupe de Travail de Sécurité Alimentaire, dirigé par notre ancien président Paúl Carrasco, travaille pour lancer des projets très spécifiques. Avec l’R20, nous travaillons pour que 10 projets de lutte contre le changement climatique obtiennent du financement,  Pour sa part, nrg4SD a démontré son sens pratique avec la signature de l’initiative RegionsAdapt, par plus de 30 de nos régions. 

À Rabat on a vu aussi que quelques régions bénéficient déjà de notre accord avec l’OIT et travaillent à leurs agendas de Travail Décent. La Chef de l’Unité de Partenariats Émergents et Spéciaux de l’OIT, Anita Amorim, nous a montré le support technique que l’OIT peut apporter et des exemples pratiques. La présence du Secrétaire Général Adjoint de l’ONU Habitat, Kumaresh Misra, nous permet d’augurer que les régions auront du support pour développer l’agenda urbain. 

Nous soutenons, avec l’aide inestimable de la coopération catalane, des projets TAIEX pour mener à bien des missions techniques de régions européennes dans des régions du Maghreb. Nous croyons qu’ils seront spécialement utiles les projets qui se réalisent dans le domaine de la gestion du cycle de l’eau, une thématique que le changement climatique a mis en évidence. Nous travaillons aussi pour que des régions européennes conseillent des départements colombiens sur le sujet de l’eau. Pour cela, nous comptons sur la complicité de Gwopa, l’agence de l’eau des Nations Unies

J’aimerais noter finalement que l’ORU Fogar appuie des missions commerciales de régions européennes. Prochainement, et à titre d’exemple, nos partenaires de l’Argentine et de l’Uruguay recevront une délégation économique avec des hommes d’affaires du secteur des infrastructures, des ports et du transport. 

Nous pouvons expliquer déjà que, conformément au mandat de Rio, nous comptons sur la collaboration d’experts en dessin de projets européens et multilatéraux, et avec le support de consultants en plusieurs domaines des politiques publiques. Tout cela, dans le but de devenir utiles pour tous et chacun de nos membres.  

En définitive, nous sommes en train de développer un réseau international de nouvelle génération, par lequel nous mettons en place des instruments qui permettent une interaction permanente.  Un réseau utile qui permette d’obtenir des résultats tangibles et évaluables.

 

Carles Llorens

Secrétaire Général de l'ORU Fogar

 


© All rights reserved ORU. Barcelona 2020