Luís Guastavino, le fondateur du régionalisme latino-américain, est décédé

Le 28 décembre, juste la veille de son 90e anniversaire, est décédé à Ñuñoa, région métropolitaine de Santiago du Chili, Luís Guastavino, qui était directeur d'Escolagi, une figure importante de la politique de ce pays, un homme clé pour la consolidation de l'ORU Fogar en Amérique latine et, surtout, un apôtre convaincu de la cause régionale.

Membre du Parti communiste du Chili, homme très proche de Salvador Allende, il a été député de Valparaiso de 1965 à 1973. Exilé pendant la dictature de Pinochet, il a vécu en Europe et il a travaillé au service des Nations Unies et de l'UNESCO. De retour au Chili et après avoir quitté le Parti communiste, il a été un fervent partisan d'éviter l'extrémisme politique qui génère des conflits et est devenu un militant convaincu en faveur de la décentralisation. En 1992, il organise le séminaire international « Décentralisation et régionalisation : Chili, Espagne, Italie et Suède ».

En avril 2003, le président Ricardo Lagos l'avait nommé président régional de Valparaíso, une responsabilité qu'il a occupée jusqu'en mars 2006. À partir de ce poste, il été un promouvoir de l'Organisation Latino-américaine des Gouvernements Intermédiaires OLAGI. Ainsi, en 2004 et à Guayaquil, Equateur, sous le patronage du CONGOPE, présidé par Jorge Marún, Guastavino a été élu premier président de l'OLAGI.

Depuis la présidence de l'OLAGI, il a défendu la mise en place de gouvernements régionaux dotés d'un haut niveau d'autonomie politique et financière. Il a combattu le centralisme et promu l'estime de soi des territoires. « Le centralisme sur le continent, a-t-il avait expliqué, est -en partie- la faute des Régions elles-mêmes, qui n'assument pas un rôle décisif ni une attitude audacieuse, créative et innovante. En raison d'une mentalité ancienne et profondément enracinée, ses autorités attendent toujours que tout vienne du centre ». Ainsi, il a été un fervent partisan des politiques d'intégration régionale et transfrontalière et, surtout, de la participation des régions aux réseaux internationaux.

Depuis OLAGI, il a généré de multiples relations en Amérique latine. En relation avec la Banque ibéro-américaine de développement, il a permis aux régions de solliciter des politiques de crédit. Après avoir quitté la présidence, toute son énergie s'est investie dans EscOLAGI, une école pour la formation des gestionnaires publics des gouvernements régionaux, avec la complicité d'un réseau d'universités latino-américaines intéressées par la promotion des politiques d'intégration et de développement.

En 2007, Guastavino a été la clé de la participation des gouvernements intermédiaires d'Amérique latine à la fondation de l'ORU Fogar à Marseille. Fort d'une relation extraordinaire avec Michel Vauzelle, président de l'ORU Fogar et du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, il a été le promoteur du 1er Sommet des Régions sur la Sécurité Alimentaire qui s'est tenu à Dakar en 2010. Guastavino et Vauzelle sont aussi ceux qui En 2012, ils ont parrainé Paúl Carrasco, le préfet équatorien d'Azuay, pour devenir président de l'ORU Fogar.

Lorsque Paúl Carrasco se souvient de Luís Guastavino, il souligne son caractère tolérant et sa condition d'homme à la fois de réflexion et d'action. « L'expérience chilienne, dit-il, lui a fait voir que l'extrémisme de gauche encourageait l'extrémisme de droite et que les deux ont conduit au conflit ». Sa tolérance ne l'a pas seulement conduit à prêcher la nécessité de trouver des points de rencontre au Chili, "il était aussi -explique Carrasco- un homme qui, étant panaméricaniste, défendait la diversité". Pour qui il a été président de l'ORU Fogar de 2012 à 2016, Guastavino a été le premier apôtre du régionalisme en Amérique latine. « Dans les années 90, mais aussi au cours de la première décennie de ce siècle, à l'âge de soixante-dix ans, il a déployé une énorme activité pour promouvoir le régionalisme ».

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

© All rights reserved ORU. Barcelona 2022