Vers un avenir énergétique hydrogène

Avec une transition énergétique qui progresse beaucoup plus lentement qu'il ne serait souhaitable, parler d'hydrogène peut sembler utopique. Malgré cela, Regions4, l'Association Internationale des Régions Francophones (AIRF) et l'ORU Fogar étaient à la COP27 disposés à pointer vers l'avenir et, ainsi, à Sharm El Sheikh, ils ont présenté les stratégies et les expériences régionales les plus avancées en matière d'économie de l'hydrogène.

Représentant Regions4, l'événement a été ouvert par la ministre écossaise de l'environnement, Mairi McAllen, qui a évoqué la façon dont les conflits en Europe entravent la transition énergétique. "Certains, dont le gouvernement britannique - a-t-il expliqué - cherchent à augmenter leur extraction de combustibles fossiles dans un contexte de hausse des prix de l'énergie. Le gouvernement écossais, cependant, est clair sur le fait que la récupération illimitée des hydrocarbures n'est pas compatible avec la réalisation des objectifs de l'accord de Paris. C'est pourquoi nous restons déterminés à nous concentrer sur les politiques qui favorisent les énergies renouvelables et les technologies vertes émergentes, y compris le développement de l'hydrogène vert ».

Le vice-président du Conseil régional d’Auvergne Rhône Alpes, Thierry Kovacs, au nom de l'AIRF, s'est prononcé en faveur d'une promotion massive de l'hydrogène, pour décarboner l'industrie européenne et répondre aux objectifs de l'Agenda de Paris. Il a expliqué la vocation de sa région à devenir la première région de France en termes de production d'énergies renouvelables, avec l’objectif de réduire les émissions de 30 % d'ici  à 2030. Il a opté pour la production d'hydrogène vert à partir d'énergies renouvelables solaire et d'hydrogène gris à partir de la centrale nucléaire existante en France. « Au-delà de la production -dit-il- l'enjeu est le stockage et le transport de l'hydrogène. Nous travaillons pour être des leaders à tous points de vue ».

Mustapha Jawadi, vice-président de Rabat Salé Kénitra, au nom de l'ORU Fogar, a évoqué un avenir avec de grands réseaux dans lesquels circule l'hydrogène, afin qu'il puisse alimenter l'industrie. Il a également évoqué comment l'hydrogène peut être la solution pour que les grands transports aériens, maritimes ou terrestres, cessent d'être l'une des principales causes d'émissions. Enfin, il a souligné l'engagement en faveur de la transition énergétique, exprimé lors de la COP à Marrakech, de tous les niveaux du gouvernement marocain.

Après les interventions des organisateurs, ont été présentées les expériences/stratégies de quatre des régions du monde qui ont fait le plus de progrès en matière d'économie de l'hydrogène, trois européennes et une latino-américaine. Iñigo Ansola, directeur de l'Ente Vasco de la Energia, a présenté une stratégie basée sur la collaboration public-privé et dans laquelle le gouvernement basque a impliqué l'ensemble du secteur industriel et énergétique. Albert Ballbé, responsable de la politique de l'hydrogène du gouvernement de la Catalogne, a présenté l'initiative "La Vall de l'hidrògen" et a expliqué comment le travail était fait pour avoir plus et de meilleurs électrolyseurs (la technologie clé pour produire de l'hydrogène), en même temps temps alors que des efforts étaient faits pour augmenter la capacité de production des énergies renouvelables.

Giana Elisa Berlingerio, directrice de l'Économie et du Développement de la région de Puglia, en Italie, a expliqué qu'il s'agissait de la première région italienne à produire de l'électricité à partir de sources d'énergie renouvelables intermittentes (éolienne et solaire). Il a indiqué que la région a créé un écosystème dynamique de l'hydrogène, qui a été développé à la fois dans la recherche et le développement ainsi que dans la fabrication, la mobilité et les utilisations industrielles. « Nous parions - a-t-il conclu - sur l'accueil d'une Vallée de l'Hydrogène, ainsi que sur la poursuite de l'animation de ces espaces ». Rafael Andreguetto, directeur des Politiques Environnementales de l'État du Paraná, au Brésil, a expliqué que son État promeut une stratégie hydrogène qui peut aller au-delà de son territoire. Le Brésil, avec un potentiel d'énergie solaire, hydroélectrique, éolienne, avec du biogaz, est appelé à être un leader latino-américain également en matière d'hydrogène. Pour l'instant, le Paraná disposera déjà d'un centre d'éducation et de formation sur le sujet.

 

Newsletter

Abonnez-vous à nos dernières nouvelles ...
 

© All rights reserved ORU. Barcelona 2023