Femmes qui avancent vers le bien-être

 
 
 
RÉGION:  Jalisco, Mexique
ADMINISTRATION:  Gouvernement de l’État de Jalisco
POPULATION:  7.844.830
DATE DE DÉBUT DE LA PRATIQUE:  2 juillet de 2014
TYPE DE PRATIQUE:  Groupe
BÉNÉFICIAIRES:  Femmes en situation de vulnérabilité
SITE WEB: http://sistemadif.jalisco.gob.mx/sitio2013

Pratique soumise au I Prix de Bonnes Pratiques Régionales de l’ORU Fogar par le gouvernement de l’État de Jalisco (Mexique) le 15 mars de 2016, avec numéro d’enregistrement n.35 et un score total de 489 points.

 
 
 

La stratégie “Femmes qui avancent vers le bien-être” est un effort conjoint des différents secrétariats et dépendances du Gouvernement de Jalisco pour améliorer les conditions des habitants de Jalisco avec des actions transversales. Elle vise à autonomiser les femmes qui se trouvent en position d’insécurité alimentaire ou en situation de violence en les dotant de capacités et habilités pour qu’elles deviennent des agents du changement, génératrices de leur propre développement. Cette autonomisation s’obtient par des formations aux processus autogérés d’alimentation, production, occupation, santé et emploi, sous l’angle de l’égalité entre les sexes, en offrant de la reconnaissance et encourageant leur participation. Elle est dirigé par 3 dépendances du gouvernement de l’État de Jalisco : Le Système DIF Jalisco, organismo public décentralisé de l’assistance sociale publique

et du développement des familles vulnérables; le Secrétariat de Développement et Intégration Sociale, chargée de générer des actions pour offrir à la population des opportunités de développement personnel et social plus humain et intégral; et finalement, le Instituto Jalisciense de las Mujeres, chargé de promouvoir, élaborer et exécuter des politiques publiques en faveur des femmes en tenant compte des différentes problématiques, comme la violence de genre et la pauvreté. Après la mise en place du projet, plus de 35,000 femmes qui ont un suivi intégral, en réduisant les doublons du soutien, en intégrant les bénéficiaires dans une seule liste. 8% des bénéficiaires graduées ont parvenu à améliorer le degré de sécurité alimentaire, soit parce qu’elles ont commencé à produire, elles ont augmenté leurs revenus ou elles ont modifié leurs habitudes alimentaires.

 
 
 
 

© All rights reserved ORU. Barcelona 2019